Biographie


DE OUAGADOUGOU A BRUXELLES


Salimata Kaboré est née en 1978 au Burkina Faso. Après un séjour de quelques années en Côte d’Ivoire, elle termine ses études primaires à Ouagadougou puis se rend en 1992 aux Pays-Bas avec sa mère et son beau-père, diplomate néerlandais en poste au pays des hommes intègres. C’est lors de ses études secondaires au Lycée Français de La Haye qu’elle apprend à « toucher un crayon ».

En 1995, Salimata part en Belgique pour poursuivre ses études. Après un passage à Bruxelles où elle termine ses études secondaires, elle s’installe à Anvers pour entamer des cours du soir à l’Académie des Beaux Arts et des cours du jour en sciences de la communication. De retour à Bruxelles en 2001, Salimata termine ses études de communication, suivies d’un master en communication et coopération au développement.

L'ART COMME MOYEN D'EXPRESSION

Ce n’est qu’une fois arrivée en Europe que Salimata Kaboré se rend compte de ses aptitudes pour l’art. Fortement encouragée par son professeur de dessin et artiste sculpteur, Lina Hodoraoba, Salimata décide de suivre des ateliers d’arts plastiques les week-ends où elle s’essaye à la peinture, la sculpture sur pierre, le dessin… Bien qu’aimant travailler sur différents supports, elle choisit la peinture qu’elle enrichit de ses techniques mixtes et personnelles : sable, ciment, graines, collages…

Nombreux sont les sujets qu’elle a traités : portraits de femmes, d’enfants, autoportraits, scènes de vie, études abstraites… Mais ses thèmes de prédilection sont les femmes africaines et la tolérance. Tantôt abstraites, tantôt figuratives, ses œuvres sont riches et vibrantes de couleurs.

L’artiste peintre perçoit l’art comme l’expression de ses vibrations intérieures, c’est-à-dire l’alliance via un seul support de sa perception du monde contemporain et de sa propre expérience. L’art est également un moyen de faire resurgir ses origines africaines. L’art est aussi l’adrénaline qui lui donne envie d’aller de l’avant ! L’art est enfin partage. Après la réalisation d’une œuvre en solo, l’échange avec le public est un plaisir particulièrement enrichissant.

Salimata Kaboré a déjà exposé plus d’une dizaine de fois en Belgique et aux Pays-bas. Elle a gagné plusieurs prix européens et est personnellement engagée dans la reconnaissance des cultures africaines.

AUTRES ENGAGEMENTS

Salimata Kaboré est chargée de projet au Centre AVEC, un centre de recherche et d'action sociales. Elle assure également dans ce cadre le secrétariat du Forum Asile et Migrations, une plate-forme de plus de 120 associations francophones et néerlandophones luttant pour une politique d’asile et de migration plus humaines.